Assurance Emprunteur : A Renégocier sans Modération

Assurance emprunteur à renégocier sans modérationASSURANCE EMPRUNTEUR : A RENEGOCIER SANS MODERATION

Lorsque nous négocions un emprunt pour un bien immobilier, nous sommes en général très focalisés sur la négociation du taux d’intérêt et des contreparties associées (frais de dossier, remboursement anticipé sans pénalités …)
L’assurance emprunteur attire en général moins l’attention. Les sommes semblent plus faibles et les enjeux également.
Et puis il faut le dire, nous ne pouvons pas nous battre et gagner sur tous les tableaux face à notre banquier.
Lorsque nous lâchons prise, c’est en général sur l’assurance emprunteur !
Bonne nouvelle ! Depuis le 1er Janvier 2018, la donne a changé. Il devient donc possible et facile de renégocier son assurance emprunteur même si celle-ci a été souscrite il y a plus d’un an. Les économies potentielles sont très importantes !
Je vous dis tout dans cet article.
Vous n’aurez plus aucune raison de ne pas passer à l’action ….

√  LES SPECIFICITES  DE L’ASSURANCE EMPRUNTEUR

Nécessaire mais non obligatoire

Sachez tout d’abord que l’assurance pour un emprunt n’est pas obligatoire.
Toutefois votre banque peut l’exiger pour vous prêter de l’argent.
Et on la comprend !
Que se passerait – il en effet si l’emprunteur décédait brutalement ?
A défaut d’une souscription d’assurance, la banque pourrait exiger la vente du bien immobilier voir même sa vente aux enchères publiques.
Un vrai cauchemar pour la famille.
L’assurance emprunteur est donc une alternative intéressante pour éviter ce genre de problème.
Elle constitue une protection certes pour la banque qui a avancé les fonds mais également pour la famille de l’emprunteur. En cas de problème, l’assureur prend le relai des sommes à rembourser.

3 options possibles

Lorsque nous souscrivons une assurance emprunteur, nous avons la possibilité de nous protéger de 3 situations :

  • Le décès et la perte totale et irréversible d’autonomie
  • L’invalidité, l’incapacité totale ou temporaire de travail
  • La perte d’emploi

Pour un bien locatif, qui s’autofinance, je vous invite à ne retenir dans votre contrat que les 2 premiers cas de figure.
En effet, le fait que vous perdiez votre emploi n’aura pas d’impact sur votre capacité à rembourser votre emprunt si votre bien s’autofinance.
Par ailleurs, si souscrire une assurance contre la perte d’emploi peut sembler pertinent, il faut savoir que ce type d’assurance est souvent très restrictive et onéreuse. Les délais de carence et/ ou de franchise peuvent être importants et la prise en charge limitée dans le temps.

Un coût très corrélé à l’âge de l’emprunteur

Le coût de la prime Assurance emprunteur tient compte de plusieurs critères. Outre la durée du prêt et son montant, l’âge, l’état de santé, la profession, les sports pratiqués jouent un rôle important.
Le critère le plus discriminant reste toutefois incontestablement l’âge. Plus vous avancez dans l’âge et plus le coût sera important.
Les tableaux de simulation des contrats d’assurance emprunteur prennent en compte en général un taux annuel d’environ 0,36 % du montant emprunté.

Sur un emprunt de 150 k€ sur 20 ans, le montant de l’assurance se chiffre donc à : 150 K€ X 0,36 % X 12 = 10 800 €. Ce taux constitue une hypothèse haute même très haute. Vous pouvez sans problème, sauf cas particuliers, trouver des taux qui se rapprochent de 0,18%.

√  DES LOIS RECENTES QUI FACILITENT LE CHANGEMENT D’ASSURANCE EMPRUNTEUR

Assurance emprunteur bancaire ou individuelle ?

Lorsque nous souscrivons une assurance emprunteur, nous avons le choix entre une assurance bancaire et une délégation d’assurance.
L’assurance emprunteur bancaire est par définition l’assurance que nous propose la banque. Ses tarifs sont en général peu compétitifs car il s’agit d’une assurance « groupe ».

C’est souvent l’option qui est retenue dans un souci de facilité, de rapidité ou tout simplement parce que nous pensons que c’est l’unique option possible.

Nous pouvons pourtant souscrire une assurance emprunteur à l’extérieur de la banque avec laquelle nous souscrivons un emprunt.
On parle alors d’assurance individuelle ou de délégation d’assurance. Elle permet de bénéficier de taux en moyenne 2 fois plus bas que ceux des assurances bancaires.
Même si nous avons le choix en amont, je conseillerai aux investisseurs de souscrire ….l’assurance emprunteur de la banque qui vous octroie le prêt.
Choix surprenant, me direz-vous ?

Choix surtout tactique. Comme expliqué dans l’article “Emprunt : Comment obtenir son financement ?”, il faut savoir que les banques ne gagnent pas d’argent sur les prêts compte tenu des taux bas accordés.
Elles compensent donc en réalisant de confortables marges sur les produits annexes (assurance emprunteur, carte bancaire, produits d’assurance vie …) qu’elles vendent à cette occasion .
Prendre l’assurance emprunteur de votre banque sans en négocier le taux est souvent une bonne stratégie pour obtenir un taux d’emprunt extrêmement favorable.
Vous pourrez ensuite renégocier votre assurance emprunteur comme indiqué ci- dessous.

Les Lois Hamon et Sapin 2 : veritable aubaine !

CAS 1 :  Vous venez de souscrire votre assurance emprunteur

Vous avez la possibilité grâce à la loi Hamon sur l’assurance prêt immobilier entrée en vigueur le 26 Juillet 2014 de la changer.
Ce changement peut s’opérer librement dans les 12 mois qui suivent la souscription. Pour l’investisseur, c’est une fabuleuse opportunité !

Sitôt votre contrat signé vous pouvez donc faire jouer la concurrence pour trouver un contrat plus intéressant.
Sachez que les économies à la clé sont très substantielles. Il est en effet fréquent de diviser la note par 2 voire par 3 ou plus.
Votre seule contrainte : proposer à votre banque un contrat qui offre les mêmes garanties que l’actuel (quotités & nature du contrat identiques). La banque ne pourra dans ce cas refuser le nouveau contrat. A défaut, elle écoperait d’une amende de 3 000 €.

CAS  2  : Vous avez souscrit votre assurance il y a plus d’1 an

Vous pouvez également changer de contrat grâce à l’amendement Bourquin entré en vigueur le 1er Janvier 2018.
Cet amendement offre la possibilité de résilier son contrat d’assurance et de le substituer par un autre contrat de son choix à la date anniversaire du prêt.
Comme précédemment, vous devrez veiller à ce que le nouveau contrat offre des garanties identiques à l’ancien.
Vous informerez votre banque du changement en lui adressant un préavis 2 mois avant la date anniversaire.

√  LES DEMARCHES

Si vous souhaitez renégocier votre contrat d’assurance emprunteur, vous pouvez vous tourner vers un grand nombre d’acteurs sur le marché. Mutuelles, assureurs, instituts de prévoyance …. vous avez l’embarras du choix !
Pour ceux comme moi qui n’ont pas envie de se déplacer, je vous inviterai à utiliser sans modération les comparateurs et courtiers en ligne.
Ils font un excellent job !
En quelques clics, vous aurez un aperçu intéressant des économies que vous pouvez réaliser. Vous pourrez alors choisir le partenaire qui vous convient.
Il vous restera ensuite à

  • remplir un questionnaire de santé
  • signer votre contrat
  • envoyer un recommandé à votre banque avec le nouveau contrat joint

En procédant ainsi, j’ai pu récupérer une somme sympathique de plus de 8 700€

  •  1ère Renégociation assurance emprunteur (cadre Loi Hamon)

Somme empruntée : 150 K€ sur 15 ans à 1%

Montant des intérêts d’emprunt = 11 493 €

Montant de l’assurance emprunteur bancaire = 8 531 €

Cette assurance a été renégociée 2 mois après sa souscription.
Résultat des courses : un coût final de 4 166 € soit une économie de 49 %( 4 365 €)

  • 2nde Renégociation assurance emprunteur (cadre Loi Sapin2)

Somme empruntée : 130 K€ sur 15 ans à 1,4%
Montant des intérêts d’emprunt = 20 595 €

Montant de l’assurance emprunteur bancaire = 7 435 €

La renégociation a permis de réduire drastiquement le coût de l’assurance : 3 070 € au final soit une économie de près de 60 % ( 4 365 €).
De jolies économies obtenues en quelques clics qui présentent l’avantage d’améliorer le cash-flow.
Il serait dommage de s’en priver, n’est-ce-pas? 😉

Et vous chères lectrices, avez-vous eu l’occasion de renégocier l’un de vos prêts ?
Cet article vous donne t-il envie de le faire ?
Si Oui, n’hésitez pas à partager cette page 😉 et à me suivre sur Facebook
A très vite
Claire

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •  
  • 2
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.