Achats Locatifs : Quelles Années de Construction Privilégier ?

achats locatifs : quelles années de construction privilégier ?

ACHATS LOCATIFS : QUELLES ANNÉES DE CONSTRUCTION PRIVILÉGIER ?

J’imagine que c’est une question que vous êtes nombreuses à vous être posée. A titre personnel, cette question m’a beaucoup taraudée au début de mes achats locatifs.
Acheter un bien locatif nous engage en général sur la durée.
Nous avons par ailleurs à coeur que nos locataires s’y sentent bien. Qu’ils puissent y élire domicile sur plusieurs années.
Bref, nous n’avons pas envie de nous tromper sur la qualité du bien que nous achetons. Qui parmi vous, ne s’est jamais posée de questions, en visitant un appartement ou un immeuble de rapport, sur la qualité d’une isolation phonique ou thermique ?
Combien d’entre vous aimeraient être rassurées sur le montant des charges qu’elles vont devoir payer ?
J’imagine une grande majorité !
Bien connaitre en amont de ses achats locatifs les avantages et inconvénients des différentes années de construction peut donc s’avérer très précieux.

Dans cet article, je vous présente les points forts et les points de vigilance des principales périodes de construction.

⇒  La période Haussmanniene : esthétisme et qualité de construction

Cette période caractérise les constructions intervenues dès la seconde moitié du XIX ème siècle (à partir du 2nd Empire sous Napoléon III) jusqu’au début du XXème siècle. On les doit au baron HAUSSMANN alors préfet de Paris.
Ces constructions se reconnaissent aux très larges volumes, à la hauteur sous plafond (de 2m80 à 4M !) et aux grandes fenêtres qui caractérisent les appartements. Soulignons également ce qui fait le charme de ces appartements : les cheminées, les moulures au plafond, les parquets anciens, les balcons.
En général, point négatif, la cuisine se situe à une extrémité de l’appartement. Elle était ainsi à proximité de l’escalier de service qui rejoignait les chambres de bonnes.
Les pièces sont souvent desservies par un couloir qui peut être très long générant ainsi de l’espace perdu.
Dans ce type de construction, il faudra veiller à l’isolation acoustique des fenêtres, des planchers et à celle des cloisons intérieures qui auraient pu être ajoutées ultérieurement.
Sachez que les étages les plus prisés et les mieux isolés phonétiquement sont les deux premiers étages : les murs et planchers sont en effet plus épais.

A titre personnel, la période haussmaniene est celle que j’ai retenue pour mon premier investissement immobilier. Il s’agissait d’un achat coup de coeur destiné à notre résidence principale.
Dans les faits, il n’a été habité que quelques mois et loué de nombreuses années à des locataires fidèles.
Outre une rénovation classique incluant salle de bain, cuisine, électricité et peinture, les modifications les plus impactantes que nous ayons apportées ont concerné l’isolation phonique.
La pose de fenêtres en double vitrage a littéralement métamorphosé cet appartement initialement très bruyant car situé en plein centre ville.

⇒  Les Années 20 ou ART DECO : à privilégier pour des achats locatifs

Elles se matérialisent soit par des lignes géométriques qui viennent prendre le relai des courbes soit par des constructions bon marché se présentant sous la forme de grands immeubles de briques rouges.
Le point fort de ces années réside dans la qualité du plan des appartements.
Outre l’esthétisme des constructions, on s’amusera à les reconnaître aux garde-manger présent dans les cuisines ainsi qu’à l’éclairage naturel des salles de bains.
Ces années constituent une période intéressante à privilégier pour des achats locatifs.
De grosses améliorations concernant l’isolation ont été apportées par rapport à la période haussmanniene. C’est donc un joli compromis entre charme et confort.

⇒  L’Après-guerre et les années 50 : à éviter !

Cette période se caractérise par une construction massive et rapide qui a pour but de répondre à l’énorme besoin de logements né de l’après guerre.
Revers de la médaille d’une construction ultra rapide : un recours massif au béton, des bâtiments sans charme, une isolation phonique comme thermique déplorable.
Les constructions des années 50 se présentent souvent sous forme d’immeubles en barre ou en tour. Elles abritent généralement de très grandes copropriétés (plusieurs centaines d’appartements).
Leur principal point positif réside dans la taille des pièces principales. Celles-ci sont en effet très spacieuses. Autre atout en leur faveur : la présence de rangements intégrés.
Si des opportunités d’achats locatifs se présentent dans cette période (plus abordable en termes de prix), votre priorité devra donc être orientée sur l’amélioration de l’isolation tant phonique que thermique.

⇒  Les Années 60 : potentiellement intéressantes

Les années 60 sont caractérisées par une nette amélioration de l’isolation phonique . En revanche côté isolation thermique, il faudra attendre la crise pétrolière de 1973 pour observer une optimisation.
La taille des immeubles est revue à la baisse (80 logements maximun) ainsi que celle des parties communes (réduction de la surface des halls d’entrée …) En contrepartie, on trouve presque systématiquement parkings, ascenseurs et chauffage central.
Si vous investissez dans ce type d’immeubles, soyez vigilantes sur le montant des charges que vous allez payer. Elles sont en général particulièrement élevées (eau, chauffage collectif, ascenseur, gardien…).
Les appartements du début des années 70 peuvent constituer de bons achats locatifs pour ceux qui souhaitent se lancer dans la colocation.
Leur prix de marché est en général attractif permettant ainsi de dégager de très bonne rentabilité.

Si vous demandés à être convaincus, je vous invite à lire l’article : “Investissement colocation : comment s’y prendre ?“.
Vous découvrirez comment Baptiste, jeune investisseur a adapté un appartement des années 70 de 94 m2 pour en faire une colocation de 4 personnes.


⇒  Les Années 1980 : une qualité de construction renforcée

Les années 80 sont marquées par la prise en compte de réglementations beaucoup plus exigeantes dans tous les domaines.
En conséquence, la qualité des constructions s’en trouve nettement améliorée.
L’isolation phonique (double vitrage, fenêtres en aluminium ..) à titre d’exemple est devenue une vraie priorité.
Quant à l’isolation thermique elle est considérée bien souvent comme très convenable.
Les charges ont par ailleurs tendance à diminuer (remplacement du chauffage collectif par du chauffage individuel, facture d’eau individuelle).
Cette période est également marquée par la généralisation du plan « en étoile », permettant une meilleure distribution de l’espace.
A titre personnel, j’ai n’ai jamais réalisé d’achats locatifs dans ce type de construction pour des raisons de coût tout simplement.

⇒  Les Années 2000 : une construction de qualité mais un prix élevé

Les constructions des années 2000 ont pour particularité de remplir le cahier des charges du confort et de la qualité.
Les matériaux sont qualitatifs, les isolations impeccables, les appartements pourvus de terrasses, ascenseurs et parkings, les charges sous-contrôle. Les espaces sont fonctionnels, les cuisines souvent ouvertes sur le salon, les accès bien sécurisés.
Ces constructions offrent selon moi un excellent niveau de prestation pour une résidence principale. Pour du locatif, le prix élevé au m2 ne permet pas de générer une rentabilité attractive.

Chères investisseuses, j’espère que cet article vous aura intéressé.
J’espère surtout qu’il vous aidera à faire des choix éclairés d’achats locatifs.
N’hésitez pas à le partager ou à me laisser vos commentaires ci-dessous.
Claire
Suivez-moi sur Facebook 😉

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  

3 réflexions sur “Achats Locatifs : Quelles Années de Construction Privilégier ?”

  1. Bonjour Claire,
    Merci pour cet article, je n’avais jamais vu de blog qui évoque ce sujet !
    Je saisis l’occasion comme tu nous proposes de laisser un commentaire.
    Je veux adresser une offre pour un bien en copropriété. C’est un rez-de-chaussée (avec les inconvénients que cela comporte mais je préfère me lancer imparfaitement que d’attendre encore… On verra si l’avenir me donne raison !)
    Est-ce que tu sais si je participe, en tant que copropriétaire, aux charges d’ascenseur dans ce cas ?
    Dernière question s’il te plaît 🙂
    C’est une copropriété de 5 immeubles : quand il y a une réparation dans un autre immeuble que celui de mon appartement, est-ce que je dois participer au paiement de cette réparation même si elle ne concerne pas mon immeuble ?
    Merci d’avance pour ta réponse !
    Une autre Claire 🙂

    • Bonsoir Claire,

      1/ Acheter un RDC est un achat pertinent si
      – l’appartement est suffisamment lumineux
      – tu le paies à un prix intéressant car par définition un RDC a une décote de 10 à 15 % donc à la revente tu subiras cette décote
      Si tu remplis ces 2 critères, cela peut-être un vrai bon plan

      Le RDC à la revente est très recherché par les personnes âgées et les investiisseurs de location courte durée
      A la location, il est idéal pour ceux qui font de la location courte durée ( mais ce n’est peut être pas ton objectif)

      2/ Charges ascenseur
      En général, les charges ascenseur sont “proratisées” selon l’étage. Une personne habitant au 6 ème étage paiera plus de charges qu’une personne habitant au 1er.
      Dans ton cas, RDC, je pense que ta quote part sera faible mais pas inexistante car un ascenseur participe au confort de l’immeuble et donc à sa valorisation. Tout dépend du règlement de copropriétaires.
      Regarde bien ce qui est indiqué . A défaut appelle le syndic pour savoir ce qu’il en est.

      3/ Ventilation des charges de copropriété par bâtiment
      La encore c’est le règlement de copropriété qui fait foi pour la ventilation des charges.
      En règle général, toutes les charges qui peuvent être isolées et attribuées à un bâtiment spécifique le sont.
      Ainsi si réparation dans bâtiment A , seules les propriétaires du bâtiment A seront affectés.
      Attention toutefois à certaines réparations ou charges d’entretien qui peuvent avoir un impact sur les autres bâtiments.

      Lis bien ton règlement de copropriété et regarde le nombre de tantièmes qui te sont affectées sur les parties générales et sur les parties spécifiques.
      Demande également les compte rendu des AG des 3 dernières années.
      Cela te permettra de voir les travaux réalisés (dans quel bâtiment) et ceux qui sont à l’ordre du jour.

      Tous mes voeux de réussite pour ce projet d’investissement 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.